16 décembre 2009

Projet InSitu #9 : Histoire de vallée


Petit projet de fin d'année, le projet InSitu #9 retrace l'histoire de la vallée de Masevaux, plus précisement les 100 dernières années, en 45 minutes. On peut parler de théâtre d'investigation, même si ça ne veut pas dire grand chose, le théâtre d'investigation. Invités surprises, un comédien local qui vient nous donner un coup de main, mon ancien pion du collège qui se transforme en historien, et d'autres personnalités.

La première aura lieu le 23 décembre à 20h dans la mairie de Soppe le Haut.La dernière aura lieu le 29 décembre à 20h dans la Salle Claude Rich à Masevaux.

Le tout est en Alsace et ne sera sûrement jamais rejoué.

Et en plus c'est gratuit.

9 décembre 2009

Projet InSitu #8 en cours de construction


C'est pour demain, et demain c'est pas loin. En ce moment c'est la course, les dernières photocopies sont en route, les dernières constructions se construisent. Boris arrive demain matin. Normalement tout devrait bien se passer, je pense.

Histoire de comprendre comment se passe une création InSitu, nous vous avons mis quelques photos. Vous aurez la chance de voir le stade final de la construction de notre canon à air comprimé, je rappelle entre parenthèses que cela fait bientôt 2 ans que je travaille sur ce prototype et enfin, il marche, enfin nous pouvons nous en servir dans un projet. En deuxième photo, la table de travail classique lors d'un de ces projets, jamais assez grande. Pour finir, notre séchoir à piniata, qui devrait être sèche demain, normalement.
Maintenant, si vous êtes des êtres humain normaux, vous devez vous demander ce que ces objets font ensemble sur un projet. Pour le savoir, il suffit de venir demain au festival des 24 fenêtres d'Uffohltz.


8 décembre 2009

Bientot le projet InSitu #8 : On Air


Pour ceux qui auront la chance d'être en Alsace autour du 10 décembre, ils pourront découvrir notre nouveau projet InSitu , On Air (à prononcer avec l'accent anglais). Pour ce projet, nous aurons la chance d'accueillir Boris Crack, performeur de Besançon de notoriété internationale (si si, il était déjà au Québec et son éditeur est en Belgique). Boris sera là pour enfin mettre un peu de culture dans nos projets, pour cela il déclamera ses textes accompagnés d'un guitariste novateur en guest.

video

Mais qui est Boris Crack ? Un artiste contemporain incompréhensible, un visionnaire de l'art nouveau, une rock star sur le retour, un écrivain dissymétrique ou simplement un manipulateur du mouvement vocal constructif. Nous allons vous donner la chance de découvrir cet artiste, et surtout son art. Pour cela, nous avons mis en place des outils pédagogique pour vous permettre de le comprendre, de l'apprécier ou de le détester, de toute façon l'art reste subjectif. Ces moyens vont de l'interview à l'expérimentation de ses textes.

Pour vous faire votre opinion, rendez-vous le 10 décembre à 19h au festival des 24 fenêtres d'Uffholtz, en plus il y aura de la neige...


30 octobre 2009

De retour de Pont à Moussons

Quand on m'a dit qu'à Pont à Moussons il pleuvait souvent, je n'avais pas de problème à le croire. Par contre, quand on m'a dit que cette même ville était la capitale de la plaque d'égout, j'étais un peu plus suspicieux. Et j'étais dans l'erreur, car d'accord il pleut souvent, mais Pont à Moussons est le le centre névralgique des départs des plaque d'égout pour toute la France. On ne peut pas dire ça de toutes les villes, et donc à ville exceptionnelle, festival exceptionnel.


A vrai dire, c'est difficile de parler d'un festival. Je dirais plutôt qu'il s'agissait d'un rassemblement. Car, je pense que "Rue libre" est avant tout un rassemblement de Cies de rue pour montrer qu'on existe et qu'on est bien présent dans le patrimoine culturel.


Je reviens au spectacle, pas grand chose à dire juste que l'on a pris notre revanche technique. Ce coup-ci, on est allé au bout, sans souci, ni de son, ni d'image, ni de comédien. Le public était présent à sa hauteur.



Ça peut paraître court comme résumé mais quand y a pas grand chose à dire, c'est pas la peine d'en mettre des couches et des couches.
Fini...



21 octobre 2009

Et on repart, projet InSitu #7 à Pont à Mousson


Je cherchais un nouveau moyen de démarrer un message sur la dernière création InSitu, de faire autre chose que d'habitude. J'ai pas forcément trouvé alors j'ai fait comme ça, je veux dire ce que vous êtes en train de lire, enfin... je crois que je m'égare.


Pour revenir à notre sujet, on l'a fait, mais pas sans difficulté. Pour la première fois, on s'est demandé si on arriverait au bout à temps. Une après midi, c'est trop peu, surtout en prenant en compte des problèmes techniques, je veux parler des ordinateurs qui flanchent. On peut aussi prendre en compte le lieu, avec un accueil moins que favorable du personnel de l'I..... (pour ne pas les citer) qui n'aurait jamais dû accepter un tel projet s'il n'avait pas envie, on ne les force pas. Et puis il y avait aussi l'humain dans tout ça, et étrangement, d'habitude c'est ce point qui flanche, ben pas ce coup-ci. On a pu sauver trois quarts du projet et présenter quelque chose qui roule, avec une fin semi-improvisée écrite 5 minutes avant l'entré du public. Je sais qu'on ne devrait pas dire ce genre de truc, mais c'est pas pour les 6 personnes ( dont 4 de ma famille) qui lisent ce blog que ça va changer quelque chose.

Pour se venger, on le reprend, ça va être étrange de le replacer dans un autre lieu mais il faut bien essayer un jour. Le premier projet InSitu à être rejoué, ça me donnerait presque la larme à l'œil. Donc, le 23 octobre à 21h00 et le 24 à 19h30, dans la charmante ville de Pont à Mousson,et dans le cadre de Rue Libre (Rue Libre, c'est un spécial, y en a plein dans toute la France le même jour, le nôtre est organisé par la FALAR).

Un regret, dans tout ce stress: on n'a pas vraiment eu le temps de rencontrer nos collèges de projet, OKUP. On était un peu trop occupés à courir dans tous les sens, je crois que eux aussi d'ailleurs.


15 septembre 2009

Nouvelle vidéo du spectacle Macbeth


Voici enfin la vidéo du spectacle Macbeth, et là vous me dites qu'elle existe déjà. Ben oui, elle existe déjà. Mais maintenant il s'agit des nouveaux comédiens, donc c'est pas tout à fait la même, on va dire...
Les images ont été prises au festival "Chalons dans la rue", je dis ça au cas où ça intéresse quelqu'un.


video


10 septembre 2009

A venir, projet InSitu #7 : Roman Photo by Night


D'ici une vingtaine de jours aura lieu les Nuits blanches à Bruxelles, et d'ici à une vingtaine de jours nous allons réaliser notre première InSitu dans une capitale européenne. Donc, dans la nuit du 3 au 4 octobre, vous aurez peut-être la chance de voir ce projet. Je dis peut-être car il n'y a que 50 places, et en plus elles sont gratuites.

Pour parler du projet, nous allons réaliser dans les bâtiments de L'INSAS, une école de réalisation Bruxelloise, un roman photo. En 5 heures, il nous faudra prendre les photos et les monter pour pouvoir réaliser la projection sur les coups de minuit. Cette projection sera accompagnée de musique live et de comédiens en live. C'est un peu difficile à expliquer mais ça devrait être pas mal à voir.

Si on doit résumé l'histoire, c'est comme un film policier, avec un inspecteur qui a comme collège un sachet de thé et qui se retrouve pris dans une sale affaire. Un roman photo policier en somme, avec les mêmes préoccupations métaphysiques qu'un Colombo et la bande son d'un Starsky et Hutch. Ça peut paraître un peu flou, et ça l'est, pour la simple raison que l'histoire n'est pas encore totalement écrite.

Sur ce coup-ci, on ne travaille pas seul car on se raccroche à un projet d'occupation du collectif OKUP, un collectif de plasticiens basé un peu partout en Europe. Il y aura aussi le Vestibule, une coopérative de costumes, qui va travailler avec nous.


Je résume : un roman photo en live, représentation unique à Bruxelles dans les bâtiments de l'INSAS, rue Thérésienne, à minuit dans la nuit du 3 au 4 octobre, réservation fortement conseillée par mail sur ecknobul@gmail.com
Et pour une fois, et surtout pour ceux qui veulent vraiment le voir, nous allons reprendre le projet le 23 octobre dans le cadre de Rue Libre à Pont à Mousson en France.


9 septembre 2009

Souvenir - Projet InSitu # 2 : Ballon On

C'est en remaniant notre dossier de communication sur les InSitus que je suis tombé sur des photos d'un des premiers projets réalisé en 2006 : Ballon On. Et je me suis dit que ce serait dommage de vous priver de ça.
Ce projet regroupait des techniques de cirque, car à l'époque on croyait encore qu'on était une compagnie de cirque, de la danse et de la musique électroacoustique. Et ce dernier point était l'un des axes les plus intéressants de cette production. Il fut réalisé par une artiste invitée, Stéphanie Laforce, musicienne électroacousticienne belge, qui nous a produit une bande sonore à base de bruit de bombes d'hélium et autre ustensiles rattachés au ballon. Car les ballons étaient au centre du travail, on peut même plutôt parler d'un champ de ballons d'hélium.
Pour résumer, il s'agissait d'un spectacle contemporain joué dans une installation plastique sans un mot et avec beaucoup de mouvement et une musique qui n'en n'était pas vraiment une mais qui était intéressante, le tout joué au festival de rue de Mulhouse "scène de rue". C'était notre moment de pélerinage vers le contemporain incompréhensible, mais beau.
Et pour vous, quelques photos...

1 septembre 2009

Site internet, enfin

Ça y est, on a un site, ça change rien, mais on a un site, comme tout le monde, on est enfin comme tout le monde. Je crois.
Voici le lien : www.ecknobul.fr

10 août 2009

InSitu : le Fed'o est fait, et bien fait


Et oui, nous l'avons fait, et en quatre jours. Certains ont même eu le temps de faire du ping-pong ou de longues siestes.
En tout cas, durant cette mini-résidence de quatre jours au foyer St-Érasme d'Uffholtz, nous avons :
> appris le texte
> trouvé les costumes
> tenté d'apprendre à nager à Jérémie
> bu quelques bières
> trouvé un logiciel pour incruster des sous titres dans des vidéos téléchargées
> trouvé les éléments de décor, comme des bouées gonflables
> donné une interview
> répété sur place pour essayer quand même
> fait des italiennes
> mangé italien
> rebu quelque bière
> fait une séance photo
> comparé nos muscles
> ...

J'arrête là, ça pourrais devenir indécent. Mais pour en revenir au projet, le premier jours il pleuvait encore une heure avant le spectacle et personne à la plage. On s'était dit que c'était raté et qu'on était bon pour annuler. Mais c'était sans compter sur le courage de quelques habitants du territoire de Belfort qui nous ont permis d'assurer cette représentation. Et malgré le temps grisâtre, le public c'est montré assez chaud, attendant saintement que l'on tombe dans l'eau boueuse. On se serait cru dans une arène romaine.


Le lendemain, grand soleil. Nous avons déca-octavé le public ( X18 pour les incultes de la langue grecque que je parle couramment). Suite à une problème de communication, le public était du mauvais côté du lac et a eu le droit à une navette en bateau à moteur. Ce même public était pas mal chaud, l'eau aussi d'ailleurs. Tout était bien , et le résultat aussi, même la presse nous a suivi avec une première page dan "le Pays" et aussi dans "L'Est républicain", où l'on a eu droit à un article plus grand que Kristin Scott-Thomas, et en couleur nous.

Prochain InSitu dans la nuit du 3 et 4 octobre à Bruxelles, dans le cadre des nuit blanche et avec l'aide du collectif OKUP et du Vestibule, une coopérative de costumes. Un projet façon roman photo dont je vous reparlerai.

4 août 2009

Projet InSitu #6 : Fedo sur l'o


On n'est pas vraiment convaincu du titre, mais c'est comme ça et ça résume plutôt bien le projet.
Le week-end end qui vient, soit les 8 et 9 août, vous aurez la chance de voir sur le lac du Malsaucy ( situé sur le territoire de Belfort dans l'est de la France ), sur les coups de 15h pour être plus précis, un spectacle sur l'eau. On tient à précicer qu'il ne s'agit pas d'un énième spectacle sur la thématique de l'eau, quoi que c'est très bien, mais plutôt d'un spectacle joué sur l'eau, avec une partie du public sur des pédalos.

Pour cette commande du conseil général du territoire de Belfort ( il faut qu'on les cite, c'est eux qui payent ), nous nous sommes attaqués à un Feydeau. Pourquoi ? Hé ben même nous on se le demande. L'idée de base est que l'on apprenne le texte le mieux possible sans le répéter en situation, sans mise en scène donc. La première est donc une vraie première. Comme ça nous semblait trop facile on s'est dit qu'on pourrait jouer ça sur deux catamarans attachés l'un à l'autre ce qui nous donnera dès lors un espace de jeux d'environ 4m². Ca devrait aller, disons que l'on en saura un peu plus lundi quand on aura fini.

Pour ceux qui suivent, vous aurez la chance de voir le deuxième uniforme de la Cie, le premier étant le bleu de travail. Pour les garçons ici il s'agit du complet noir avec chemise blanche et cravate noir, il y a juste les chaussures qui sont au choix des comédiens. Pour les filles c'est robe de soirée , parce que c'est assez déconné comme ça.

Voila, j'ai presque tout dit, j'essaye de faire un résumé au plus vite, je veux dire dès que c'est finit.

1 août 2009

Fin de la tournée Macbeth


Macbeth dans un parc à Sotteville-lès-Rouen, Macbeth à Bar le Duc, Macbeth au festival "Nous n'irons pas à Avignon" et Macbeth à Chalons dans la rue. J'aurais pu faire 4 messages mais j'ai décidé de n'en faire qu'un, par flemme sûrement et par manque de temps officiellement.
On ne va pas mettre de note au festival, c'est pas notre genre, on va juste parler un peu. Pour info, les photos viennent de Bar le Duc.

Tout d'abord Sotteville-lès-Rouen, qui finit par une matinée au garage avant le départ à cause d'un problème de frein sur le camion. Sotteville, festival où toutes les Cie Off se retrouvent dans un parc de quelques hectares où se passent d'innombrables joutes de sono entre spectacles et se croisent les odeurs de kebab et de vielle saucisse. Ce cher festival nous a encore montré que nous n'avons pas notre place dans un parc, et encore moins entre un spectacle de clown et un stand de charcuterie locale. On fait de la rue mais et sommes-nous vraiment de la rue? La question se pose. Nous n'avons pas de sonorisation, notre spectacle dure une heure et quart, on n'utilise pas de musique à la con façon série télé ou stéréotype sonore, on ne joue pas sur les costumes pour faire rire notre public, on ne prend pas quelqu'un dans le public pour l'humilier grassement histoire de relancer la dynamique du spectacle, donc sommes-nous dans la catégorie du théâtre de rue? Disons qu'après Sotteville, je me demandais même si j'avais envie d'en faire partie. Heureusement un In de grande qualité, situé dans des espaces assez intéressants, me dit que tout n'est pas mort.


On continue avec Bar le Duc, festival RenaissanceS. C'est un beau festival dans une ville semi-médiévale pour un évènement semi-médiéval. Il faisait beau, les gobelets pour la bière étaient consignés, les toilettes étaient sèches, bref le bonheur. Un nouveau directeur artistique a prit les choses en main, enfin il le fera l'année prochaine, et on l'a rencontré. C'est vrai qu'on a bien parlé avec lui, dans la tente repas, mais on aurait bien aimé qui vienne nous voir comme il l'avait dit. Hélas il n'a pas eu le temps. Il était sûrement trop occupé à parler avec les Cies dans la tente repas (OK, je fait un peu la mauvaise langue). Sinon tout était au mieux, le public, l'espace, tout était bien jusqu'au moment où l'on m'annonce un concours pour les Cies du Off avec comme jury une sélection officielle de personnes quelconques. Pourquoi pas nous mettre dans une arène avec des haches et des tronçonneuses et nous laisser régler ça entre nous, ça serait plus loyal. Je déteste les concours, surtout parce que je suis mauvais perdant, donc j'évite simplement ce genre de pratique. Et comme vous l'aurez deviné, on a perdu. Pas totalement: on a gagné des t-shirts (cinq pour six comédiens, la classe), un livre sur Bar le Duc (pour celui qui n'as eu de t-shirt) et quelques retours pour le moins douteux. Un que j'aime beaucoup, c'était " j'ai pas eu le temps de voir votre spectacle mais j'ai vu l'installation. je vous ais trouvé pas vraiment en phase avec le public pendant ce moment". On était en installation, c'est pas de notre faute si le public arrive trois quart d'heure en avance. Sinon à part cela, c'était vraiment bon et il y avait de bonnes conditions.


Directement après, direction Vitry sur Seine pour "Nous n'irons pas à Avignon", appellé aussi NIP. Hé ben nous n'irons plus à "Nous n'irons pas à Avignon". Pourquoi? Le lieu est magnifique, les techniciens sont plus qu'efficaces, les affiches sont belles, y a un arrêt de RER à coté du lieu... Mais où est le problème ? Le problème vient d'une absence de dynamique de festival: la com est manquante, l'équipe administrative est composée de stagiaires surbouqués, le directeur artistique est carrément absent du festival. Dans le cadre d'un achat de spectacle, c'est pas trop grave, c'est leur problème. Mais ici, nous sommes en co-réalisation, ce qui veut dire que l'on fait 50/50 pour les entrées, qui n'était pas fameuses d'ailleurs. On paye aussi les repas, des magnifiques salades composés des restes et des invendus, à 5 € par assiette. Bref, Ils se font du fric sur notre dos et ça, ça me dérange. On a aussi découvert l'ambiance entre Cies parisiennes, assez minable. On se regarde, on grogne, on se sent les fesses et on se fait pipi sur la jambe. Détestable. Et en plus il pleuvait.


Après un petite pause, on est parti pour Chalons. Et là, après quatre ans d'attente nous y voilà. Le lieu est idéal: la place du cloître. Un endroit proche du centre et permettant pas mal d'utilisations. Résultat, on utilise toutes les fenêtres disponibles, on vire les cartons, on encercle le public, bref, on joue comme on l'a toujours imaginé. Les quatre représentations sont bonnes, un petit article dans la presse Chalonaise parle de nous comme un spectacle"ample et varié", c'est barbecue tout les jours, Manu Mauser des batteurs de pavé nous fait une interview au"bâton rompu". On est relativement contents de l'expérience Chalons dans la rue.




Et maintenant on part pour la suite. Macbeth est rangé dans ses cartons jusqu'au 7 janvier à l'espace Grün de Cernay pour une version en salle, l'équipe évolue et passe de 6 à 5, et on continue sur d'autres projets.


Un nouveau spectacle de rue est en marche, mais pour 2011...

11 juin 2009

Un petit coup de pub


Comme on est gentil, et qu'on joue là-bas, voilà un petit message pour parler du festival "Nous n'irons pas à Avignon". On rappelle que le festival durera au 1er au 26 juillet, que c'est organisé par Gare au théâtre, que ça ce passe à Vitry-sur-Seine, tout près de notre chère capitale française, et qu’il y aura 28 compagnies ( je crois ) et des débats et plein d’autres trucs, oui monsieur, tout ça. Et juste comme ça, nous on joue Macbeth du 8 au 12.

9 juin 2009

Macbeth à et au Québec


Ça y est, on est de retour, on l'a fait, on est allé jouer sur un autre continent. Eh ben vous savez quoi, ça change pas grand chose, sauf au niveau de la préparation.


Donc nous voilà de retour de 10 jours de périple Québécois, 10 jours ça paraît long quand on ne joue que deux fois mais il faut tenir compte des répètes, car pour 3 des 6 comédiens c'était leur première, de la reconstruction de certains décors qui ne passaient pas dans les soutes des avions, du moment touristique, des moments logistique et des moments digestifs, surtout après de longues nuits à ingurgiter les bières québécoises qui ne sont pas mauvaises d'ailleurs ( y a débat, mais comme je peux donner mon avis je le fais ).


Une nouvelle équipe, un nouveau départ ( c'est beau comme début de phrase, je pourrais en faire une chanson ) et un nouveau Macbeth bourré d'énergie et de nouvelles trouvailles. Quand je dis cela je parle de la pièce en entier, pas juste des comédiens. Car il y avait de grands changements, par exemple la camionnette changée en Pick up, nouveau continent oblige, et aussi dans la catégorie "mort d'Henri" ( pour ceux qui ne connaissent pas Henri, c'est notre mannequin qui meurt à la fin du spectacle ) qui, ce coup -ci, nous a fait l'honneur de tomber du troisième étage pour s'écraser péniblement sur le sol, le tout dans un bruit de "splatch" et de "crack".

Pour finir un grand merci à l'équipe de la Cie Tectonik qui ont appris un peu tard que l'on arrivait deux jours plus tôt que prévu et ont trouvé une solution pour nous loger en moins de 6 heures. Un autre grand merci au théâtre du premier acte à qui nous avons un peu salopé le parking, comme d'habitude, à chaque fois que l'on joue d'ailleurs. Un autre grand merci à Raphaël sans qui nous n'aurions jamais pu ramener nos affaires à Montréal pour pouvoir prendre l'avion. Un autre merci ( on se croirait à la remise des oscars ) à l'équipe du carrefour international du Théâtre pour ce qu'ils ont fait, merci au BIJ qui nous ont permis d'acheter les billets d'avion et un dernier au roi du burger pour avoir inventé le burger au sanglier.

Et maintenant nous voilà rentrés, et près pour la suite, et quelle suite...


19 mai 2009

Performance...

Et oui, on ne va pas s'arrêter au spectacle vivant.
Ce message ne concerne pas vraiment la Cie Ecknobul, mais comme je me suis retrouvé dans ce projet, j'ai décidé d'en parler un peu.
Commençons par expliquer ce qu'est une performance, une performance est un mélange de tout interprété ou réalisé par des gens et se retrouvant sur une scène ou n'importe quel endroit où il y a du public et même quelquefois quand il n'y en a pas, du public. Donc c'est vrais que ça englobe pas mal de chose.
Et pour ce cas si, c'est Anne Zimmermann, plasticienne venant du village Alsacien du doux nom de Wittersdorf, qui m’a demandé de participer à ce travaille, ou plutôt cette performance. Et cette performance était composée d’Anne qui lisait des textes écrit par elle-même, de Gille Zimmermann, marie d’Anne, et qui pratiquait ce qu'il a appelé lui-même de la « vidéo surveillance », et de moi-même qui m'occupais de ce que l'on appelle dans le milieu des performeurs ( personnes qui pratique la performance ) la plastique sonore.
Et comme une image résume souvent un long texte, voici quelques photos.




5 mai 2009

Le phare en vidéo

Voici la partie vidéo du spectacle Le phare, il s'agit du rêve de la petite fille, c'est pour ça qu'on l'as appeler "rêve de la petite fille", normal en somme. C'est un peu clair car normalement c'est projeté sur un fond noir.
La musique est de Michel Bystranowski, c'est d'ailleurs lui qui a fait toutes les musiques du spectacle.

video

Macbeth n'ira pas à Avignon

Pour le festival "Nous n'irons pas à Avignon", il a fallu réaliser deux vidéos de 45 secondes chacune. Une pour dire pourquoi on ne va pas à Avignon et l'autre pour faire une "bande annonce" du spectacle. Comme on est sympa, on les dévoile en avance pour les sept personnes qui passent régulièrement sur ce blog. Et pour le bonheur de tous , vous pourrez voir les nouveaux comédiens de l'équipe, Mikaël ( Macbeth ), Dorothée ( lady Macbeth ) et Jérémie ( Banquo et les autres ).
Pour ceux un peu moins futés, la première, c'est pourquoi on ne va pas à Avignon, et la deuxième, c'est la bande annonce.

video

video

4 mai 2009

La tournée 2009 de Macbeth


Pour vous, bande de coquins, voici les dates de la prochaine tournée de Macbeth, notre pièce en théâtre industriel :

6 et 7 juin : festival « Le carrefour international du théâtre », Québec (CA)
13 et 14 juin : festival « Rue et Cie » à Epinal ( 88 )
26, 27 et 28 juin : festival « Vivacité » à Sotteville lès Rouan ( 76 )
3 et 4 juillet : festival « RennaissanceS » à Bar le Duc ( 55 )
Du 6 au 12 juillet : festival « Nous n’irons pas à Avignon » à Vitry-sur-seine ( 94 )
Du 22 au 26 juillet : festival « Chalons dans la rue » à Chalons-sur-Saône ( 71 )

N'hésitez pas à venir, en plus y a une toute nouvelle équipe, et oui c'est la crise. Bon mais si vraiment vous pouvez pas c'est pas grave, il devrait quand même y avoir un peu de monde.

Groupe K ?


Mais qu’est-ce que c'est que ça ?

Et bien il s'agit d'un collectif administratif qui aide les projets culturels. En gros, il aide à trouver des financements. L'objectif est de prendre un peu de temps de certains administrateurs de Cies pour aider des structures qui n'ont pas forcément les connaissances pour trouver de l'argent. Et pourquoi on parle d'eux, parce qu'on en fait partie, tout simplement.
Le plus simple c'est d'écrire à ce mail : administration.k@gmail.com pour obtenir des informations, après ça va tout seul.

Le phare, enfin...



Et voilà, après de longs moments d'absence du blog dus à une petite surcharge de travail, on communique de nouveau.
`
Le phare est enfin presque fini. Enfin car ça n'a pas été facile et presque parce qu'il demande encore un peu de travail. Quatre semaines pour créer un spectacle c'est court, et l’on regrette de ne pas avoir eu plus de temps, car c'est un spectacle qui prend de la valeur dans les détails. On a eu aussi beaucoup d'imprévus, un changement de comédien au dernier moment, comédien qui est parti voir s’il y avait une place au théâtre du soleil et depuis plus de nouvelle, une scénographie longue à mettre en place et qui a pris beaucoup de temps et d'énergie à toutes l'équipe. Et puis y a le camion qui nous a fait des misères, paix à son âme car il nous a quitté pour aller au paradis des camions. On a eu aussi un gîte un peu petit, trois points en moins sur mon permis et trois semaines de pluie sur quatre, mais ça reste des détails.

Ce spectacle restera un ovni dans nos créations, un peu loin de l'esprit de la Cie de ces dernières années avec Macbeth et les créations InSitu, on est sur quelque chose de beaucoup plus calme et axé sur les détails, les petits détails, voir très petits détails.

Mais on l'a fait, ça a été épuisant, déstabilisant, énervant, ruinant, émouvant et plein de trucs en -ant mais on l'a fait, et on l'a joué, et l’on sera heureux de le reprendre l'année prochaine.

Pour vous, quelques photos en attendant le reportage lié a la création, qui sera comme toutes les autres vidéo, sur le blog aussi.

24 février 2009

Affiche du phare


Mais que ce que ça peut bien cacher ? Et bien franchement on on sait pas plus que vous, la création commence dans deux semaines, la scénographie est en train de ce faire, les musiques aussi.
Donc tout ce que l'on a pour l'instant, c'est l'affiche, et en exclusivité.
Annuaire Blog